Ma petite startup! (1997/2001)

Quelques photos de la période ZawStudio. Une “startup” Internet qu’on a créée à 3, en octobre 1997. C’était ma première vraie boite (le free c’est différent), et l’époque était vraiment excitante. Les tout débuts du Web en France, et une impression de potentiel infini (qui s’est confirmée, mais un peu plus tard qu’on l’imaginait).

Partis à 3 (et sur nos fonds de poches: pas de banquier, pas de levées de fonds), on a assez vite détecté et recruté un bon graphiste (Fred), qu’on a rapidement associé. Puis d’autres personnes (graphistes, consultants, développeurs, administratif..)..pour se retrouver finalement à une vingtaine de personnes à l’automne 2000.

2000, c’est l’année du e-krach aux USA, qui comme un tsunami vicelard et pas pressé, a frappé la France quelques mois plus tard. En octobre nous emménagions à 22 personnes dans de superbes locaux en pierre apparente, quai Jean Moulin à Lyon. Philippe me confie l’organisation d’une fête mémorable (j’aime ce genre de mission).. et mémorable elle fût…

A peine 6 mois plus tard, nous avons fait face à de graves problèmes financiers. Je quitte ZawStudio en vendant mes parts en février 2001. En juin, grosse vague de licenciements. A l’automne, ZawStudio est liquidée et reprise par une SSII (Visual Link). Philippe et Stéphane réussissent à se mettre le cul au chaud dans l’opération et sont recrutés par le racheteur. Stéphane y bosse encore, avec plaisir et succès semble-t-il. Philippe a repris sa liberté et a monté une petite structure de conseil.

Fin d’une belle histoire, la dernière qui m’a fait réellement vibrer sur le plan professionnel.

>quelques infos sur mon site de job

>l’histoire racontée par mon ex-associé, Philippe.

 

(Visited 15 times, 1 visits today)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.